« Oser les maux »

« Oser les maux! » c’est quoi?!?…

« Le rapport au corps et l’image que l’on en a représente une sphère importante de l’identité. C’est par l’investissement que l’on en fait que l’on va pouvoir l’intégrer et se construire comme unité. Entre corps et esprit. C’est alors que notre corps viens dire quelque chose de nous à cet Autre. Mais cet autre peut-il être nous quand celui-ci nous semble étranger?Entre corps imposé, réel, fantasmé, ou encore imaginaire, le regard porté sur celui-ci est parfois difficile. Oui, ce corps est le témoin d’un vécu, de choix, d’histoire, de condamnation, la liste peut être longue. Dans la perspective inévitable du temps qui passe, il se modifie, se module, se transforme et évolue mettant parfois l’image narcissique à l’épreuve.

Mais est-il possible de le percevoir différemment ? À quel point ce corps et sa perception influx sur notre mental, sur notre psychisme, nos humeurs ou encore nos représentations? Alors on le regarde, le sculpte, l’évite et le compare. Il peut nous fasciner, comme nous dégoutter, on l’aime et le déteste, on le comprend et parfois moins, on le reconnaît ou non.Pourquoi ces portraits-là?Et bien pourquoi pas ?

C’est la poésie des formes, le reflet d’une histoire, la découverte de profils qui n’ont rien de banal, car la singularité de chacun rend l’être si spécial. Nous avons tous quelque chose à dire au travers d’un langage corporel, verbal ou écrit.

La bienveillance de nos/vos regards sur ces clichés doit les rendre que plus beaux, d’autant plus que derrière ces photographies, c’est trouvé, à un moment donné des personnes dont le rapport au corps, à soi à pu être difficile. À qui cela n’est-il jamais arrivé ?

Dans une société ou l’apparence du corps occupe sûrement une trop grande place, nous venons et nous espérons vous rappeler que tout corps mérite d’être regardé, tout corps est beau, porteur de personnalité et d’investissement personnel. Il peut paraître comme simple enveloppe de nous-même, et pourtant il en découle quelque chose de bien plus complexe. Ce corps est habité, investi et vivant.

C’est donc au travers d’un travail en collaboration entre ces trois parties que ces œuvres ont pu se construire. Dans un travail de confiance en soi, de prise de conscience, d’émotion, d’affirmation ou encore d’acceptation.

Un croisement de regards et une complémentarité entre les modèles, la photographe Nathalie Safraouine et la psychologue Laure Aussenac. »

2 commentaires sur « « Oser les maux » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :