Marie Agnés

Comme une apprentie femme je te suis. Comme une gamine en herbe je te scrute. Tu connais les secrets de toutes les femmes. Jusqu’au bout des cils tu connais les hommes et leur sensibilité. Je t’imagine plusieurs fois t’embraser pour embrasser ton semblable. Je comprend que ton regard de créature s’est divinement allumé pour ensorceler la destinée. D’un amour absolu tu as enveloppé ton prochain.
Je t’écoute me raconter la vie. J’ai l’impression que tu me donnes l’élan pour oser vivre et assumer toutes mes facettes. Comme si tu me chuchotais qu’il est venu le temps d’agir avec toutes les autres. Il y a en toi un cri de rebellion heureuse. Sentez vous mes sœurs que l’heure est venu?

Défiler vers le hautDéfiler vers le haut